Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

19/08/15 | 15 h 16 min

Détention d’une mère nomade pour avoir demandé la liberté des Tibétains

« Elle a aussi crié que la répression chinoise au Tibet avait à présent franchi toutes les limites » nous apprend Tsering, citant des sources de la région de Ngaba. Kyi a été placée en détention provisoire peu de temps après avoir entamé ses protestations, et aucune information n’a été donné sur les conditions ou le lieu de sa détention.

La colère des nomades

Woekar Kyi a été élevé dans une famille de nomades et n’a pas eu la scolarisation comme tous les enfants. Un autre nomade tibétain, Rungyye Adak, a été récemment libéré de prison après avoir purgé huit ans pour une manifestation similaire. Le Gouvernement chinois a récemment fait la promotion de son programme de réinsertion des nomades, qui a vu des millions de nomades déplacés dans des zones pavillonnaires dans des villages et villes. Les médias occidentaux avaient été invités à Ngaba, dans la province du Sichuan, pour voir les travaux d’urbanisme et parler aux Tibétains, apparemment heureux de leur sort. Néanmoins les journalistes ont indiqué qu’au moins un Tibétain sur deux était un fonctionnaire du Parti communiste local. Les nomades sont poussés à renoncer à leur mode de vie traditionnel, ouvrant leurs terres à d’intenses exploitations minières. Beaucoup manquent d’expériences et de compétences pour réussir à évoluer et réussir dans un environnement urbanisé, conduisant pour beaucoup à une marginalisation, à la pauvreté et à l’alcoolisme et à d’autres problèmes sociaux.

Autres détentions

La détention de Kyi fait suite à la détention en décembre dernier de deux autres résidents de Meruma, celles d’un étudiant et d’un moine, apparemment suspectés d’être impliqués dans des activités allant à l’encontre des règles de Pékin dans les aires tibétaines. Mewu Soepa, un étudiant de 21 ans, a été placé en détention provisoire par la police, le 27 décembre, alors qu’il se rendait dans le comté de Ngaba, nous indique les sources. Les autorités ont trouvé sur le blog de Soepa plusieurs écrits, dont un intitulé « Levez vos mains pour la liberté » et un poème « Le Martyre », dédiée à une Tibétaine, Tsepe, de Meruma elle aussi, qui s’est immolée le 22 décembre pour protester contre les lois chinoises. Lobsang Lungrik, un moine de 20 ans du monastère de Kirti lui aussi originaire de Meruma, a également été placé en détention, il a été arrêté pour des raisons inconnues, le 26 décembre, nous indiquent des sources. Le monastère de Kirti a été le lieu de plusieurs immolations et autres protestations de moines, d’anciens moines et de nonnes opposés aux lois chinoises dans les régions tibétaines. Des manifestations sporadiques défiant l’autorité chinoise ont continué dans les zones peuplées de Tibétains depuis que les protestations se sont répandues dans la région en 2008, avec 142 immolations marquant l’opposition à l’autorité de Pékin et appelant au retour du Dalaï-lama.]]>

+ Vues