Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

27/05/22 | 23 h 28 min par Stéphane Lagarde

En Chine, le Premier ministre fait état d’une situation critique pour l’économie

En Chine, 100 000 fonctionnaires sont mobilisés pour stabiliser la deuxième économie du monde, très fortement affectée par la crise sanitaire, crise immobilière et les conséquences de la guerre en Ukraine. La situation est pire qu’au début de la pandémie, a reconnu mercredi 25 mai le Premier ministre Li Keqiang, lors d’une visioconférence avec des responsables de toutes les provinces chinoises.

De notre correspondant à Pékin,

Certains sur les réseaux l’ont comparé à la conférence des 7 000 cadres du parti en 1962, qui s’étaient réunis pour critiquer la politique du « Grand bond en avant ». Sans aller jusqu’à l’autocritique comme à l’époque, il y avait dans la réunion XXL de mercredi quelque chose de suffisamment inhabituelle pour réveiller les réseaux sociaux qui, chose rare là aussi, bruissaient sur le sujet avant même que les médias officiels n’en fournissent le compte rendu.

Revenus fonciers en baisse

Tous les échelons administratifs étaient devant leurs écrans : du conseil des affaires d’État – le gouvernement chinois – aux responsables de comté, de canton et même de village. Pas d’autocritique, mais un constat morose : selon Li Keqiang, l’économie chinoise fait face à un risque critique suite aux confinements à répétition et autres mesures de la stratégie « Zéro Covid », qui veut éviter un trop grand nombre de décès liés à la pneumonie virale via des restrictions sanitaires drastiques, mais en même temps paralysent les usines et les mégalopoles chinoises.

L’objectif de croissance de 5,5 % pour cette année pourrait donc ne pas être atteint, reconnaît le Premier ministre. La priorité pour le deuxième trimestre étant de remettre l’économie chinoise sur les rails de la croissance. « Nous essaierons de nous assurer que l’économie puisse croître au deuxième trimestre », a ainsi déclaré Li Keqiang, selon une transcription que le Financial Times a pu vérifier.

Les recettes fiscales sont touchées, a reconnu encore Li Keqiang, dans des propos cette fois vérifiés par le SCMP, certaines provinces ont demandé à l’état centrale de pouvoir emprunter. Car les revenus fonciers ont baissé de près de 30 % au cours des derniers mois, selon les déclarations du chef du gouvernement citées par le CMD. Or la vente de terrain reste l’une des principales sources de financement des gouvernements locaux.

Plan de relance en 33 points

Aux China Watchers qui suspectaient une divergence à la tête de l’exécutif sur les mesures sanitaires et les mesures de relance de l’économie, les médias d’État ont répondu en maintenant, au lendemain de la conférence, la hiérarchie d’apparition des sujets entre le chef de l’État et le Premier ministre. Ce dernier qui est revenu en Une du quotidien du Peuple récemment, reste effacé derrière le numéro un chinois, qui sollicitera un troisième mandat lors du XXe congrès du parti à l’automne prochain.

Dans son rôle d’économiste en chef, Li Keqiang a donc promis de nouvelles réductions d’impôts et de nouvelles aides à l’emploi, dans un contexte où « les difficultés sont plus importantes encore qu’en 2020, lorsque l’épidémie frappait durement le pays », selon des propos rapportés par les médias officiels dont le China Daily.

L’administration est de nouveau invitée à faire des efforts et l’armée des fonctionnaires locaux doit maintenant déployer les mesures nécessaires à la mise en œuvre du plan de relance en 33 points présenté par le gouvernement central en début de semaine.