Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

15/11/21 | 20 h 56 min par Huaqing Jin

FESTIVAL « ECRANS DE CHINE » 2021 : Médaille de Bronze pour DARK RED FOREST de HUAQING JIN

          5, 6, 7 novembre 2021 au cinéma Grand Action,

                         5 rue des Ecoles 75 005 PARIS 

 

 

A lire, à voir, à écouter : Les trois lauréats du festival « Écrans de Chine » 2021 sont :

Écrans de Chine d’or : « Un village en voie de disparition » de (春去冬来) – de Liu Feifang (刘⻜飞芳)

Écrans de Chine d’argent :  » Le vent du sud »  ( 南⻛风) de Zhang Zhiqiang (张志强)

Écrans de Chine de bronze : « Dark red forest  » (绛红森林林) de Jin Huaqing (⾦金金华⻘青)

Écrans de Chine est un festival cinématographique organisé par l’association Écrans du Monde. Les films sélectionnés se focalisent sur la vie quotidienne des citoyens chinois, quelles que soient leurs origines. En proposant des films uniques réalisés pour l’essentiel par des cinéastes chinois indépendants, le festival s’est imposé comme une fenêtre incontournable pour apprécier le réel de la Chine, Chine, tout en témoignant de l’évolution du cinéma documentaire du pays.

Écrans de Chine de bronze : « Forêt écarlate » (绛红森林林)de Jin Huaqing (⾦金金华⻘青)
Quelque 20 000 nonnes bouddhistes vivent au monastère de Yarchen, sur les hauts plateaux du Tibet. Au cours des mois les plus froids (jusqu’à -40°C), nombre d’entre elles font une retraite dans de petits abris de bois, presque des huttes. Là-bas, là-haut, dans les bourrasques de neige, aux limites temporelles du monde vierge, ces femmes se livrent à la solitude, au recueillement. Elles interrogent, elles affrontent dans un combat inégal les forces de la spiritualité : le sens de la vie, le karma, les doutes de leurs actes, l’imprévisibilité de la mort, la réincarnation et tant d’autres vertiges. Au Tibet, la tradition veut qu’on entre au couvent jeune fille et qu’on y poursuive sa quête jusqu’à la fin de la vie. Une prière ininterrompue, une pratique quotidienne, la mise en condition de tous les instants pour se mesurer aux “examens” monastiques dans le but ultime d’atteindre ou du moins d’approcher un état supérieur et d’espérer voir s’entrouvrir la porte de la glorification. Les plus jeunes comme les plus âgés du monastère sont soumises à ces épreuves, où l’exercice consiste à dominer le stress, Loin de leurs familles, sans repères affectifs des choses du domaine terrestre, les nonnes ne peuvent compter que sur elles-mêmes et sur la solidarité de leurs sœurs également retirées du monde. Seules mais ensemble, elles se vouent entièrement à un guide spirituel invisible qui a pour mission de les mener au salut éternel. Une mer de robes pourpres nous invite à effleurer, à toucher un peu ce qui anime ces êtres de foi et à ressentir la violence et la beauté de leur combat spirituel. Libre à nous, simples mortels et spectateurs d’un jour, de nous inspirer de la quête de ces femmes du bout du monde et, à notre tour, nous interroger sur le modèle de l’individualité et peut-être aussi remettre en cause nos certitudes. Les images de Jin Huaqing sont stupéfiantes de beauté, de pudeur et de réalisme.

Ayant réussi à se rendre pratiquement invisible au milieu des milliers de nonnes qui fréquentent le Yarchen et en y retournant pendant sept années de suite, ce jeune réalisateur parvient à nous transmettre l’émotion qu’il a ressentie en assistant à la quête religieuse de ces êtres immergés dans leur foi.

Synopsis : DARK RED FOREST est une exploration du quotidien mystérieux de femmes dévouées à leur foi. 20.000 nonnes bouddhistes vivent dans un monastère sur un plateau enneigé au Tibet, en Chine. Entourées par une nature rude et isolées du monde extérieur, ces femmes nous offrent un aperçu de leur exploration religieuse des plus grandes questions de la vie. Loin de leurs familles, les religieuses s’engagent à tout pour atteindre un état divin, se confiant au gourou et entre elles.

+ Vues