Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

13/01/16 | 20 h 14 min

Hong-Kong alarmé par les soupçons d’un enlèvement de cinq éditeurs par la Chine

Des manifestants à l’extérieur du bureau de liaison chinois à Hong Kong, brandissant des images de Lee Bo (à droite), Gui Minhai avec les salariés de Sage Communications (à gauche) et d’autres personnes manquantes.

Des manifestants à l’extérieur du bureau de liaison chinois à Hong Kong, brandissant des images de Lee Bo (à droite), Gui Minhai avec les salariés de Sage Communications (à gauche) et d’autres personnes manquantes.

time.com, le 5 janvier. Lee était le dernier membre de Mighty Current Media, société qui publie des livres sur certains leaders chinois – livres interdits sur tout le continent-. Il a disparu après que le propriétaire de l’entreprise ne soit jamais revenu de ses vacances en Thaïlande en octobre dernier. Les quatre autres connaissent une histoire similaire. L’un d’entre eux, Suédois, ainsi que le directeur général de l’entreprise, étaient aussi partis en voyage à l’étranger en octobre. Un sixième salarié déclarait par la suite au correspondant de BBC Rupert Wingfield-Hayes qu’il avait eu peur de disparaitre. Lee avait appelé sa femme Sophie Choi pour lui dire qu’il « aidait » la police dans une enquête non spécifiée au travers de la frontière dans Shenzhen. Cependant, Choi indiquait que son passeport était toujours à la maison. Il n’y a ainsi aucun rapport officiel de Lee quittant Hong-Kong. Mais Lee ne pouvait pas être parti du continent tout seul. « Dans des interviews récents, Lee précisait qu’il ne s’était pas rendu sur le continent durant deux ou trois ans, [ayant peur pour] sa sécurité. Je doute qu’il ait changé d’avis, » s’exprimait Willy Lam, un juriste de l’Université chinoise de Hong-Kong. De plus, Lam stipulait que le kidnapping d’une personne à Hong-Kong pouvait être tâche facile pour la police chinoise continentale, dont les véhicules « peuvent traverser la frontière sans s’arrêter aux contrôles des frontières. » Cette  vieille librairie, qui existe depuis 22 ans – aussi maison d’édition –  est une des librairies indépendantes les plus populaires de Hong-Kong. Elle a longtemps attiré des touristes continentaux en raison de ses importantes collections relatives sur la politique chinoise. De plus, Albert Ho, législateur de Hong-Kong, avait planifié de publier un livre au sujet de la vie privée du président Xi Jinping. Ho vient d’être avisé de stopper ses projets de publications. Global Times, un journal d’outre-mer du Parti Communiste Chinois, publiait très récemment un article prétendant que l’enlèvement de Lee était « légal et justifiable»; ceci apparaît aussi le 7 janvier 2015, dans un rapport sur les enlèvements dans le hongkongfp.com. L’histoire de Lee ainsi que probablement celle les enlèvements de ses quatre collègues du continent est considérée comme une infraction flagrante et sans précédent de l’autonomie promise par Pékin  à Hong-Kong lors du retour de l’ancienne colonie britannique à la souveraineté chinoise en 1997. Traduction France Tibet par Marie CLERGEAU]]>

+ Vues