Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

03/02/22 | 23 h 18 min par Côme Bastin à Bangalore

INDE / JO de PEKIN 2022 : QI FABAO soldat chinois de l’APL, porte flambeau chinois de la flamme olympique, impliqué en 2020 dans le conflit avec l’Inde

JO de Pékin: le choix du porteur de la torche olympique rend l’Inde furieuse

L’Inde ne participera pas à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. Le gouvernement a annoncé cette décision après avoir appris que le porteur de la torche serait un soldat chinois impliqué dans un affrontement avec l’armée indienne.

Avec notre correspondant à Bangalore,  Côme Bastin 

Même pas allumée, la flamme olympique ravive des souvenirs glacés, ceux de juin 2020. Les armées indiennes et chinoises se sont alors affrontées le long de leur frontière himalayenne. Vingt soldats indiens y ont trouvé la mort.

New Delhi a donc bondi en découvrant que le porteur de la torche serait un commandant de l’Armée de libération du peuple (ALP) ayant participé à cette escarmouche mortelle.

Le ministère indien des Affaires étrangères a déclaré « regrettable que la Chine politise les JO ». Outre-Atlantique aussi, le sénateur américain Jim Risch, membre du comité des Relations étrangères, a jugé ce choix « honteux ».

Pas de retransmission des épreuves

En conséquence, la diplomatie Indienne va boycotter la cérémonie d’ouverture et de clôture des JO de Pékin. Elle rejoint ainsi la position des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie, du Canada et du Royaume-Uni. Par ailleurs, la chaîne de télévision publique indienne Doordarshan ne diffusera pas non plus les cérémonies.

Ces derniers mois, la Chine a rendu hommage aux soldats impliqués dans les affrontements de juin 2020, dont elle impute la responsabilité à l’Inde. La veille de cette polémique olympique, le magazine Australien The Klaxon avait remis en cause le bilan officiel de cinq morts, côté chinois.

► À écouter aussi : En Chine, des Jeux olympiques d’hiver sous haute surveillance