Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

30/01/22 | 18 h 30 min par Sébastien Le Belzic

JO d’HIVER de PEKIN 2022 : dégradation de l’image de la Chine et du CIO

Jeux olympiques d’hiver de Pékin : Xi Jinping va-t-il réussir à imposer au monde son pari diplomatique?

La Chine compte sur les Jeux olympiques d’hiver pour redorer son image diplomatique, mais la crise entre l’Ukraine et la Russie, le boycott diplomatique et la situation des Ouighours pourraient bien s’inviter au programme.

Le président chinois, large sourire, recevant une délégation étrangère, on n’avait pas vu une telle image depuis deux ans. Face au président du CIO Thomas Bach, Xi Jinping avait, mardi, la mine réjouie de celui qui va faire la une de l’actualité de ces deux prochaines semaines. Les Jeux d’hiver de Pékin sont en effet l’occasion pour lui de sortir de sa quarantaine diplomatique. Dans son carnet de bal, on retrouve António Guterres, secrétaire général de l’ONU, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le prince héritier ­saoudien Mohammed ben Salmane et ­Vladimir Poutine, invité d’honneur à la cérémonie d’ouverture du 4 février.
« Nous allons enfin pouvoir nous rencontrer en personne à Pékin », avait lancé le maître du Kremlin lors de leur dernière réunion en visioconférence en décembre. Les deux pays affichent volontiers leur bonne entente, organisant des ­manœuvres militaires communes et se soutenant mutuellement sur les dossiers sensibles, comme celui de l’Ukraine ou des Ouighours au Xinjiang.

Lire aussi – Covid-19 : voici comment va fonctionner la bulle sanitaire drastique des Jeux olympiques d’hiver de Pékin

Depuis les JO de 2008, l’image de la Chine s’est considérablement dégradée dans les pays développés avec des opinions défavorables à leur plus haut niveau depuis vingt ans, selon l’enquête du Pew Research Center de 2021. Même Xi Jinping demande aux médias d’Etat de montrer une image plus « positive » de la Chine et veut « élargir son cercle d’amis ». En vain.

L’Ukraine dans toutes les têtes

Il se pourrait même que le turbulent Vladimir Poutine ne soit pas très aidant. En 2008, avec son intervention militaire en Géorgie, il avait gâché la fête olympique. Le voici en 2022 aux frontières de l’Ukraine . Cette crise sera dans toutes les têtes avec la venue d’Andrzej Duda, le président polonais qui soutient Kiev face à Moscou mais joue sa propre participation avec Pékin. « La Pologne est une nation souveraine et décide de sa propre politique vis-à-vis de la Chine, ­explique Jakub Kumoch, conseiller de Duda. La Pologne est un allié des Etats-Unis, mais elle entretient ­également des relations très amicales avec la Chine. »

Lire aussi – A Pékin, les 24e Jeux olympiques d’hiver vont s’ouvrir dans l’indifférence

Invité par Pékin, le président sud-coréen Moon Jae-in a quant à lui préféré décliner, envoyant son ministre des Sports afin de ne pas froisser son grand allié américain tout en restant sagement à l’écart de la campagne de boycott diplomatique de ces JO orchestrée par Washington et suivie par l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni, le Japon, les Pays-Bas et le Danemark.

+ Vues