Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

14/01/16 | 20 h 21 min par Morgan Marquis-Boire et Eva Galperin

La Chine ne fait pas exception aux manoeuvres de piratage des ONG…!

piratage

Bref historique du piratage des organisations de défense des droits humains par les gouvernements

[11/01/2016]
Nous avons toujours su que les gouvernements et les forces militaires s’espionnaient mutuellement. Mais depuis cinq ans environ, nous les avons vus se mettre à espionner les ONG, les journalistes et les défenseurs des droits humains.
Par Morgan Marquis-Boire et Eva Galperin.

Morgan Marquis-Boire est conseiller par intérim auprès du Conseil Technologie et droits humains d’Amnesty International, et apporte son expertise sur les menaces liées au renseignement et à la sécurité afin d’éclairer nos recherches et nos campagnes sur les violations des droits humains liées aux nouvelles technologies.
Eva Galperin est analyste de la politique globale à l’Electronic Frontier Foundation (EFF), à San Francisco.
Le monde a appris pour la première fois que les États pirataient des cibles « civiles » en 2010, lorsque Google a révélé avoir détecté une intrusion du gouvernement chinois. Adobe Systems et Juniper Networks ont alors confirmé avoir été attaqués dans le même cadre et de nouvelles investigations ont révélé que Yahoo et Symantec étaient également visés. Parallèlement, le gouvernement chinois ciblait les ONG tibétaines à l’aide de méthodes similaires et il continue de persécuter la communauté tibétaine.

Depuis lors, espionner les militants pour avoir accès à leurs communications, à leurs réseaux et à leur vie en ligne est devenu une pratique courante pour les gouvernements du monde entier. Lorsqu’une vague de soulèvements révolutionnaires a déferlé sur le monde arabe en 2011, elle s’est accompagnée d’une campagne de surveillance ciblée des groupes militants.
article complet à lire sur amnesty
]]>

+ Vues