Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

04/06/22 | 8 h 07 min par Valentine Flauraud

MAROC : pression de la chine au Festival de Musique Sacrée de Fès

Soupçons de pression chinoise au Festival de musique sacrée de Fès –

Le musicien tibétain réfugié en Suisse Loten Namling marche sur des skis en traînant un drapeau chinois derrière lui pour alerter le public sur le sort des Tibétains, avant l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin à Lausanne le 3 février 2022. VALENTINE FLAURAUD / AFP

Le musicien tibétain Loten Namling était ravi de se rendre au Maroc le vendredi 3 juin pour les répétitions du Festival mondial des musiques sacrées de Fès, qui s’ouvre le jeudi 9 juin pour quatre jours. Malheureusement, son nom a été retiré de la liste des artistes invités à cet événement de renommée internationale. « Les organisateurs m’ont dit qu’ils avaient subi de très fortes pressions de la part du gouvernement chinois pour ne plus m’inviter. Ce festival était très important pour moi ! J’étais très heureux de participer”explique l’artiste Monde.

Réfugié politique, militant, Loten Namling vit depuis de nombreuses années à Berne, en Suisse. Ce chanteur et joueur de luth tibétain (le dranyen) a reçu une invitation par courrier d’Alain Weber, directeur du spectacle d’ouverture du festival, début mai. Muni de cette lettre, il avait entamé les démarches nécessaires pour obtenir un visa, avant que l’équipe n’annonce deux semaines plus tard qu’il n’était plus invité. L’ambassade de Chine au Maroc serait intervenue auprès du ministère des Affaires étrangères du royaume pour que le musicien n’obtienne pas de visa. Le service diplomatique chinois n’a pas répondu aux demandes du Monde.

lire aussi Article réservé à nos abonnés L’ambassadeur de Chine en France et “la guerre des opinions publiques”

En juillet 2021, le musicien entreprend un tour d’Europe en bus avec un spectacle artistique intitulé Une chanson du Tibet pour toi. Fin janvier, quelques jours avant l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, il avait relié Berne à Lausanne (où se trouve le siège du Comité international olympique), chaussant des skis siglés ” Liberté “ et traînant un drapeau chinois derrière lui pour alerter le public sur le sort réservé aux Tibétains. Ce qui irrite le pouvoir chinois. Et faire oublier qu’en 1996 le cinéaste Martin Scorsese a réussi à faire venir un demi-millier d’acteurs tibétains au Maroc pour tourner Kundun, un film sur le Dalaï Lama, à Ouarzazate. “Le monde entier commence à céder aux pressions et aux caprices des Chinois”, se lamente Thupten Gyatso, membre du Parlement tibétain exilé en France.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés JO de Pékin 2022 : des Jeux d’hiver dans un climat diplomatique gelé

« Je chante pour parler du Tibet et pour la libertédit M. Namling. En tant qu’artiste, c’est une énorme occasion manquée de ne pas pouvoir se produire sur cette scène. Mais en tant que militant, je suis très fier de voir qu’un pion comme moi peut contrarier les autorités chinoises. »

“Modifications tardives”

Placé sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, le Festival de Fès doit accueillir de nombreuses personnalités officielles. ce 26moi L’édition, organisée autour du thème de l’architecture et du sacré, est très ouverte sur le monde. Sur le site de la manifestation se trouve un autre chanteur tibétain, Lobsang Chonzor, “Qui chantera la poésie de Milarépa”poète et ascète de l’an mille. « La création de la soirée d’ouverture vous emmènera dans un voyage de Fès à Jérusalem, en passant par le Tibet, le Taj Mahal, la cathédrale Notre-Dame, pour finir à Casablanca avec la mosquée Hassan-II », se réjouit, dans son discours de bienvenue, le président, Abderrafia Zouitene. Interrogé sur M. Namling, M. Zouitene a expliqué au Monde qui n’était pas impliqué dans la programmation.