Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

05/07/22 | 19 h 38 min par The Diplomat

Stratégie. Xi Jinping persiste et signe : l’alliance avec Poutine va durer

Contre tous les espoirs occidentaux, le soutien de la Chine à la Russie se fait de plus en plus explicite, écrit un observateur indien dans “The Diplomat”. Le jour de son anniversaire, Xi a encore confirmé son engagement stratégique vis-à-vis de Moscou lors d’un entretien téléphonique avec Poutine.

Qu’a fait le président chinois Xi Jinping le jour de son 69e anniversaire ? Il a appelé son “copain” Vladimir Poutine pour l’assurer du fait que “les relations bilatérales ont conservé un bon rythme de développement malgré les turbulences et les bouleversements au niveau mondial”.

L’engagement pris par Xi Jinping de soutenir davantage Moscou sur les questions de “souveraineté et de sécurité” est une manière, pour le dirigeant chinois, de dédaigner toutes les mises en garde de l’Occident selon lesquelles ne pas condamner l’action du Kremlin faisait encourir à la Chine de forts risques pour sa réputation. Mais le plus inquiétant pour les dirigeants occidentaux est que Xi Jinping est allé encore plus loin en promettant d’approfondir la coordination stratégique entre les deux pays.

Certains médias étrangers ont jugé assez “feutré” le dernier échange téléphonique entre Poutine et Xi (le seul depuis le début des opérations en Ukraine), comparé à la déclaration commune faite début février, le jour du coup d’envoi des Jeux olympiques d’hiver à Pékin : jugée bien dans l’esprit de la diplomatie des “loups guerriers” [une attitude offensive en direction des pays occidentaux], cette déclaration-là comportait notamment la fameuse phrase sur les relations sino-russes qui ne connaissaient “aucune limite”.

Les spéculations des Occidentaux

Mais le coup de fil donné le jour de son anniversaire par Xi Jinping à Vladimir Poutine revêt d’autant plus d’importance au lendemain du départ du vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Le Yucheng. À 59 ans, Le Yucheng, principal spécialiste de la Russie parmi les décideurs de la politique étrangère chinoise, a été rétrogradé à l’Administration nationale de la radio et de la télévision, et deviendrait ainsi la première victime politique de la guerre en Ukraine.