(Nations unies) L’ambassadrice américaine à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a réclamé jeudi à la Chine « d’encourager les Russes » à faire les bons choix dans la crise autour de l’Ukraine, s’attirant une réplique immédiate de son homologue chinois, Zhang Jun, lui demandant « d’arrêter d’attiser la tension ».

 

« Nous espérons que les Chinois vont jouer un rôle en encourageant les Russes à faire ce qu’il faut » pour désamorcer la crise, a déclaré à la chaîne américaine CNN Linda Thomas-Greenfield, qui multiplie depuis plusieurs semaines les entretiens avec des médias centrés sur ce sujet.

PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS

L’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun.

« Les Chinois ont exprimé une forte préoccupation au Conseil de sécurité (le 31 janvier) pour la protection de l’intégrité des frontières et de la souveraineté des États. C’est exactement ce que font les Russes, ils menacent l’intégrité d’une frontière », a poursuivi la diplomate, au rang de ministre au sein de l’administration américaine.

« Il serait donc extrêmement important que la Chine transmette ce message » et « j’encourage mon homologue chinois à New York à le relayer », a-t-elle précisé.

Sur Twitter, Zhang Jun a immédiatement réagi.

« Notre message est cohérent et clair : résolvez tout différend par la diplomatie », a-t-il écrit sur son compte. « Arrêtez d’attiser la tension », « les préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité doivent être sérieusement prises en compte », a ajouté l’ambassadeur chinois à l’intention de son homologue américaine.

Après une première réunion fin janvier initiée par les États-Unis, le Conseil de sécurité de l’ONU doit à nouveau discuter de l’Ukraine le 17 février lors d’une séance annuelle sur l’application des accords de Minsk de 2014 et 2015, cette fois à l’initiative de Moscou.

La Russie est accusée d’avoir massé des dizaines de milliers de soldats aux frontières ukrainiennes en vue d’une invasion, que les États-Unis ont jugé imminente. Moscou a démenti toute intention en ce sens et réclamé des garanties pour sa sécurité face à l’OTAN.