Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

08/02/17 | 8 h 00 min par Jayadeva Ranade - Sunday Guardian Live

Le Parti Communiste Chinois s'inquiète de la montée du bouddhisme

« illégales », il interdit aux moines pratiquant le bouddhisme tibétain de visiter la province du Zhejiang pour donner des enseignements, pour conduire des rituels d’habilitation et pour mener d’autres cérémonies sans l’approbation du Gouvernement. Il stipule que l’approbation est nécessaire pour l’enseignement des Textes bouddhistes tibétains et des Écritures ou la tenue d’autres activités connexes dans les centres bouddhistes, les associations bouddhistes ou des universités bouddhistes dans la province. D’autres personnalités religieuses bouddhistes souhaitant visiter le Zhejiang pour des cérémonies religieuses ou pour travailler comme instructeurs religieux sont également tenues d’obtenir l’autorisation des unités concernées de BAC. Ils doivent également s’inscrire auprès du Département des Affaires civiles du Zhejiang. L’ Avis détaillé précise en outre que les personnages religieux ont besoin de l’autorisation d’organiser ou de participer à des activités religieuses dans des lieux où les activités religieuses ne sont pas autorisées. Il réaffirme que les rassemblements religieux organisés pour le grand public doivent se tenir sur des lieux religieux légalement enregistrés ou sur des lieux approuvés par le Bureau des Affaires religieuses concerné du niveau du Comté. Un article spécifique dans l’ Avis ordonne à toutes les associations bouddhistes de la province de conseiller et de guider les moines du bouddhisme chinois à pratiquer leur foi dans la tradition bouddhiste chinoise. Fait intéressant, une copie de l’Avis a été adressée séparément à l’Association bouddhiste du Mont Putuo au Zhejiang, l’un des quatre sites sacrés bouddhistes de pèlerinage de la Chine et étroitement lié au bouddhisme tibétain. Les bouddhistes croient que le Mont Putuo abrite Avalokitesvara, le Bouddha de la Compassion.  Le XIVe Dalaï-lama, qui est le chef spirituel du bouddhisme tibétain, est considéré comme l’émanation du Bouddha Avalokitesvara. Le Mont Putuo a une signification supplémentaire car le IXème Panchen Lama a visité ce site en 1925, pour amener le bouddhisme tibétain au public chinois et a enseigné à des milliers de moines bouddhistes chinois et pratiqué des rituels d’habilitation. Les enseignements du Kalachakra (3-14 janvier 2017) à Bodhgaya ont attiré l’attention chinoise.  Pour empêcher les Chinois et les Tibétains d’y assister, les autorités ont cessé de délivrer des visas depuis décembre dernier et ont limité les déplacements au Népal.  La surveillance dans la Région Autonome du Tibet – TAR – a été renforcée pour identifier ceux qui auraient pu clandestinement passer au travers ; l’Internet, les téléphones, etc. sont surveillés afin de prévenir la transmission des enseignements duKalachakra. Malgré ces contrôles, comme en 2014, près d’un millier de Tibétains en provenance de Chine et près d’un millier de Chinois de différentes provinces ont participé au Kalachakra cette année avec de nombreux fidèles en quête d’une audience avec le Dalaï Lama. L’auteur –  Jayadeva Ranade est un ancien secrétaire adjoint au secrétariat du Gouvernement de l’Inde et est président du Centre for China Analysis and Strategy.]]>

+ Vues