Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

21/11/21 | 20 h 59 min par Amitié Franco-Ouïghour et Sud-Ouest

BORDEAUX / ESCLAVAGISME : la ville de Bordeaux refuse l’extension du magasin Zara

L’enseigne Zara, rue Sainte-Catherine. © Crédit photo : Archives Thierry David / « Sud Ouest »

Bordeaux : l’extension de Zara refusée sur fond d’exploitation des Ouïghours

C’est une victoire et c’est grâce à la mobilisation de la jeunesse française et à la plainte que l’IODE avait déposé avec l’association  Ethique sur Étiquette et l’Association Sherpa.
La ville de Bordeaux a refusé l’extension de magasin ZARA en évoquant la plainte que l’Institut Ouïghour d’Europe avec deux autres ONG françaises avons déposé en avril contre 12 marques internationales dont Zara en avril dernier. Le Parquet de Paris avait retenu notre plainte et avait ouvert une enquête contre ces 12 marques internationales début juillet dernier accusant ces marques de profiter de travail esclavagiste, crimes génocidaires et crimes contre l’humanité.
L’enseigne souhaitait doubler sa surface de vente. Refus de la Commission départementale d’aménagement commercial qui, dans ses arguments, évoque la plainte contre la maison mère de Zara, accusée d’avoir recours au travail forcé des Ouïghours

La commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) a examiné récemment une demande d’extension du magasin de vêtements Zara, rue Sainte-Catherine à Bordeaux, sur deux niveaux supplémentaires.

Disposant d’une surface de vente de 972 m² sur trois niveaux, Zara comptait exploiter 1 098 m² en plus. Cette mise en service de deux nouveaux niveaux, par une restructuration en interne des quatrième et cinquième étages, aurait dû entraîner une modification de façade, nécessitant le dépôt d’un permis de construire. Mais, mercredi 17 novembre, la Commission départementale d’aménagement commercial a retoqué le projet en lui donnant un avis défavorable.

Sandrine Jacotot, adjointe au maire de Bordeaux et membre de la CDAC, a rappelé aux autres membres de la commission que la maison mère de Zara, le groupe Inditex, faisait actuellement l’objet d’une plainte. « Cette plainte fait état du recours au travail forcé des Ouïghours chez des sous-traitants en Chine, dont se serait rendu complice le groupe espagnol Inditex en connaissant les conditions de production de leurs articles. » Un argument pris en compte au moment du vote défavorable de la commission (trois contre, un pour, six abstentions).

+ Vues