Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

21/01/16 | 10 h 33 min

Des juristes internationaux et des avocats demandent à la Chine de libérer des avocats des droits de l’Homme

«La répression a commencé dans la nuit du 9 Juillet 2015, avec la détention de l’avocat Wang Yu, son mari et leur enfant de 16 ans à Beijing» … L’avocat des droits de l’homme Wang Yu parle lors d’une interview avec Reuters à Pékin le 1er Mars 2014 . Photo: Kim Kyung-Hoon / Reuters

Des avocats des Droits de l’homme ainsi que des juristes, incluant un ancien Garde des Sceaux, ont interpellé le Président chinois Xi Jinping afin de demander la  fin de la répression  qui s’abat sur les avocats défenseurs des droits de l’Homme qui sont «intimidés, interrogés, détenus et kidnappés de force.»

Dans une lettre ouverte publiée par The Guardian, les avocats, incluant l’ancien Garde des Sceaux français, Robert Badinter, ainsi que d’excellents avocats des Droits de l’homme britanniques, comme la Baronne Helena Kennedy QCMichael Mansfield QC et Clive Stafford Smith,  ont recommandé vivement à Xi Jinping de faire en sorte que la Chine se comporte comme doitle faire une « superpuissance respectée ».
« Douze avocats et assistants juristes restent sous détention criminelle ou ont été arrêtés. La plupart d’entre eux sont en état d’arrestation, soupçonnés de  » subversion de pouvoir d’Etat  » ou d’  » incitation de subversion au pouvoir d’ Etat « . Aucun d’entre eux n’ a jusqu’ici été autorisé à rencontrer un avocat, des amis ou de la famille. Ils ont effectivement disparus » ont-ils écrit dans cette lettre.
Dans cette lettre les juristes expriment aussi leurs préoccupations à propos du manque de représentations et de protections légales, exposant les avocats à un très fort risque de torture ou autre traitement cruel et inhumain.
Depuis juillet, plus de 300 avocats, assistants juridiques, des membres de cabinets d’avocats, du personnel et les militants sociaux ont été détenus et interrogés.
Ils ont aussi vivement recommandé à la Chine de prendre parti pour une responsabilité effective dans la Communauté Internationale et d’honorer ses engagements internationaux en tenant compte de toutes les requêtes avancées dans leur lettre.
Liu Xiaobo, écrivain chinois ayant remporté le Prix Nobel de la Paix en 2009, avait lui aussi été inculpé pour «subversion du pouvoir d’Etat ». Il est actuellement toujours en prison.
Selon un rapport publié par Freedom House en 2015, la situation des Droits humains sous le régime politique de Xi Jinping s’est détériorée. The Congressional Executive Commission on China (CECC) -la Commission Exécutive du Congrès pour la Chine – Organisme indépendant du Gouvernement américain qui surveille les Droits humains et la règle de l’évolution du droit en République Populaire de Chine – a également qualifié l’année 2015 comme « une nouvelle année désastreuse pour  les Droits humains en Chine ».
Traduction de Marie CLERGEAU pour France Tibet
Tashi Delek

 

+ Vues