Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

25/08/15 | 10 h 47 min

La préparation de l’exploitation minière dans le comté de Zoege inquiète les Tibétains

mining_operation_in_Zoeg

Par Tenzin Dharpo

« Les travailleurs d’une division minière du Gouvernement chinois ont forcé leur chemin près d’une colline considérée comme sacrée par les Tibétains de la commune de Dingwa, du comté de Zoege dans la région de l’Amdo Ngaba, »  déclarait Kanyag Tsering, un moine du monastère de Kirti.

La colline sacrée, dénommée Drakzong, est vénérée par les Tibétains locaux qui considèrent qu’une divinité protectrice réside dans  deux grottes sur la colline. Outre les préoccupations religieuses, les résidents de Dingwa craignent également que les activités minières nuisent sérieusement à l’environnement dans la région. Kanyag dit également que des pèlerins tibétains venus d’autres régions et des dévots locaux prient régulièrement dans les deux grottes.

Dans une tentative pour stopper les activités minières chinoises, les Tibétains locaux ont bloqué la route menant sur le site d’exploitation. Cependant, les travailleurs chinois mettaient en garde les Tibétains assurant qu’ils feraient intervenir la police s’ils ne les laissaient pas passer et dans le même temps, les équipes de mineurs chinois transportaient les équipements ainsi que le gros matériel d’extraction .

Il n’y a  aucune information qui pourrait indiquer de quelle autorité gouvernementale relèvent ces opérations, ni quel minérai sera extrait du site, complétait Kanyag. Cependant, une autre source tibétaine précise que les mineurs chinois pourraient être à la recherche d’uranium.

Pendant plus de 30 ans, de 1960 à 1995, les Tibétains résidant dans le voisinage de Kyangtsa, Thewo et Dingwa ont assisté à plusieurs activités minières conduites par des groupes miniers seulement connus de la population locale sous  les dénominations :  service 892, service 407 et  service 405.

Cette dangereuse exploitation minière dans la région a des conséquences néfastes pour les Tibétains vivant dans les alentours, tels que des maux jusqu’alors inconnus ainsi qu’une perte massive de bétail.

En septembre 2011, la Chine annonçait des plans de développement pouvant atteindre la somme de 300 milliards de yuans – 41,18 milliards € – à investir dans 226 projets-clés, tels que des installations ferroviaires, des constructions de barrages hydrauliques, des exploitations minières ainsi que la promotion du tourisme au Tibet; tout ce programme planifié pour  les cinq prochaines années.

Selon les statistiques officielles de Pékin, le plateau tibétain représente la plus grande réserve de chrome et de cuivre de la Chine ainsi que la plupart de ses riches capacités en fer, or, argent, potassium, pétrole et gaz naturel, richesses minières encore inexploitées à ce jour.

Les Tibétains se sont longtemps plaints que les grands projets de la Chine au Tibet soient programmés et mis en œuvre sans aucune consultation, pas plus que  consentement, ou  prise de connaissance des Tibétains locaux.

L’Administration Centrale Tibétaine – CTA – affirme que Pékin,  » sous prétexte de développement économique et social, encourage la migration de la population chinoise au Tibet, marginalisant les Tibétains dans les sphères économiques, éducatives, politiques et sociales. »

Traduction France Tibet

+ Vues