Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

30/06/15 | 12 h 11 min

Le rapport annuel américain sur les droits de l’homme dans le monde épingle la chine pour ses manquements criants au Tibet.

Le Secrétaire d’état John Kerry s’exprimant au Département d’État à Washington lors de la présentation du rapport annuel sur les droits de l’homme le 25 juin 2015.

(TibetReview.net, le 27 juin 2015) – Présentant son rapport annuel 2014 par pays, le Secrétaire d’État a accusé la Chine de violations flagrantes et répétées des droits de l’homme destinées à détruire l’identité culturelle unique du Tibet. Selon ce rapport, « Sous de prétendus objectifs de contrôle des zones frontières, de maintien de la stabilité sociale, et de lutte contre le séparatisme, le gouvernement se livre à une grave destruction du patrimoine linguistique, culturel et religieux unique du Tibet notamment en entravant les droits civiques de la population tibétaine en Chine, y compris la liberté d’expression, de religion, d’association, de réunion et de circulation. »

Le rapport indique aussi que « Le gouvernement calomnie le Dalaï Lama de façon systématique et accuse « la clique du Dalaï [Lama] » et « d’autres forces extérieures » d’instaurer une instabilité politique »

Le rapport souligne en particulier le manque d’accès au Tibet et stipule entre autres que : « Le gouvernement exerce un contrôle strict sur les informations ainsi que sur l’accès à la Région Autonome du Tibet (TAR) et de nombreuses zones tibétaines à l’extérieur de la TAR, ce qui permet difficilement de déterminer avec précision l’étendue des violations des droits de l’homme. Le gouvernement restreint sérieusement les déplacements des journalistes étrangers vers les zones tibétaines. De plus, le gouvernement chinois harcèle ou emprisonne les Tibétains qui parlent aux reporters étrangers, tentent de fournir des informations à des personnes à l’étranger, ou communiquent des renseignements ayant trait aux manifestations ou autres formes de mécontentement par téléphone portable, e-mail, ou internet. Le gouvernement chinois a aussi rejeté de multiples demandes d’autorisation émanant de diplomates étrangers souhaitant se rendre dans la TAR. En raison de ces restrictions, nombre d’incidents et de cas mentionnés dans ce rapport n’ont pu être vérifiés de manière indépendante. »

Les rapports annuels maintiennent une section Tibet spécifique depuis 2002 comme exigé par le Congrès.

La Chine a répondu du tac au tac en publiant le 26 juin un dossier sur les droits de l’homme aux États-Unis dans lequel elle s’en prend à Washington pour ses « résultats déplorables en matière de droits humains » et dénonce les brutalités policières et la surveillance mondiale. Le dossier, qui tire ses sources essentiellement de médias américains, indique que les États-Unis sont « hantés par la propagation des armes à feu, la fréquence d’actes criminels violents, et le recours excessif à la force par la police ».

La Chine fait paraître ce document tous les ans au lendemain de la publication du rapport du Département d’État américain sur la situation des droits de l’homme dans le monde. Cependant, à la différence des États-Unis, elle ne fournit pas d’informations sur les autres pays.

L’agence de presse officielle chinoise Xinhua a fait savoir que « Le rapport sur les droits de l’homme aux États-Unis en 2014, » publié par le Bureau d’information du Conseil d’État chinois, venait en réponse au « rapport 2014 par pays sur les pratiques en matière de droits de l’homme » présenté par le Département d’État américain le 25 juin.

Traduction France Tibet

+ Vues