Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

13/01/16 | 9 h 46 min

L’inquiétude pour l’économie chinoise grandit avec sa dette

La dette de la Chine se dresse à 28 000 milliards de dollars soit une petite moitié de la dette mondiale. Avec tout au plus un an et demi de monnaie en réserve, si elle devait défendre une hypothétique offensive contre le yuan, déclarait le site Businessinsider.com le 6 janvier dernier. Merrill Lynch devenait d’ailleurs la première banque d’investissement américaine à se soucier de la dette chinoise.

Tandis que l’économie de la Chine a subi un ralentissement, sa dette n’a pas cessé d’augmenter. Il y a environ cinq ans, le niveau d’endettement de la Chine a commencé à grimper beaucoup plus rapidement que le PIB, creusant l’écart entre la dette et la capacité de la Chine à la rembourser.

Business insider rapporte qu’en 2005 la dette de la Chine était de 164% du PIB contre 236% aujourd’hui. Il est vrai que de nombreux pays ont une dette du double de leur PIB, mais ce qui est inquiétant ici, est la vitesse à laquelle l’économie chinoise est entrain de changer par rapport au ralentissement de sa croissance économique.

Un autre article du site montre que permettre à la monnaie de se déprécier, comme la Chine l’a fait récemment, rendrait les produits chinois plus compétitifs. Mais au risque de fuite de capitaux à un moment où le pays en a le plus besoin. Un risque que le gouvernement chinois doit prendre au vue de son rapport offre/demandeur d’emploi si défavorable. Compte tenu du fait que la croissance économique a ralenti fortement au cours des dernières années et va probablement continuer de ralentir, la pression de l’emploi ne fait que continuer de monter.

Ce rapport conclut que l’harmonie sociale de la Chine a été fondée sur la promesse que les dirigeants du pays assureraient la prospérité et la croissance. Sans emploi, cette promesse est brisée et les promesses brisées mettent le peuple en colère, conduisant le gouvernement à sa plus grande crainte : un soulèvement social.

Le 5 janvier le Gouvernement chinois avait recommencé à acheter des actions pour soutenir son marché boursier en chute libre.«Personne ne pense que c’est durable», note l’analyste de Business insider.

D’ailleurs le matin du 7 janvier, la Chine avait été forcée d’arrêter les opérations sur son marché boursier moins de 30 minutes après l’ouverture lorsque les actions chinoises avaient déclenché un coupe-circuit en chutant de plus de 7%. C’était la deuxième fois en une semaine que les négociations sur le marché boursier de la Chine étaient suspendues pour le reste de la journée à cause d’une chute trop importante des valeurs, ajoutait l’agence de presse Reuters.

Traduction France Tibet par Maxime Belhache

 

+ Vues