Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

22/05/15 | 16 h 08 min

Tenzin Gyatso s’est immolé par le feu dans un contexte de répression policière

Une nouvelle immolation tibétaine au Sichuan

en réponse à la répression policière

Mercredi, un Tibétain de Tawu, préfecture de Kardze au Sichuan, est mort après s’être immolé par le feu; ce geste de révolte faisait suite à des semaines d’intimidation et de harcèlement policier des habitants de ce comté “autonome” tibétain, d’après des sources locales et d’autres de la communauté en exil.

Tenzin Gyatso, âgé de 35 ans, est mort après s’être mis le feu à 8 heures du soir, dans la commune de Khangsar, d’après Radio Free Asia qui cite des sources locales.

Ce geste de Tenzin Gyatso, un geste de défi adressé au gouvernement de Pékin, amène à 140 le nombre des immolations de Tibétains sur le territoire contrôlé par la Chine depuis le début en 2009 de cette vague exaltée. Sur RFA, un Tibétain vivant en Inde qui citait des sources locales a indiqué que les autorités ont informé la famille le Jeudi à trois heures de l’après-midi que Tenzin Gyatso était mort de ses brûlures. Ils ont demandé à deux membres de sa famille de venir à Dartsedo pour y prendre le corps, a rajouté Lobsang Jinpa, la source de RFA. Cependant, les Tibétains de Tawu pensent que le corps de Tenzin Gyatso a déjà été incinéré, et que ce sont seulement des cendres qui seront remises à la famille.

Des semaines de harcèlement

Depuis qu’un nouveau cadre du comté a été nommé à Tawu, la communauté tibétaine à vécu des semaines de harcèlement, avec détention et passage à tabac de nombreux habitants, et c’est probablement ce qui a poussé Tenzin Gyatso à commettre ce geste de révolte, d’après une source locale. « Le nouveau gouverneur adjoint de Tawu a voulu sévir contre les Tibétains suspects d’activités « séparatistes »  ou de préparatifs pour la célébration du 80ème anniversaire du Dalaï Lama, » d’après la même source qui a tenu à rester dans l’ anonymat.

« Il a aussi demandé aux Tibétains de signer une lettre qui leur faisait promettre de ne pas célébrer cette fête ; ceux qui refusaient étaient battus et on leur rasait la tête de force. »

Le Dalaï Lama est né le 6 Juillet 1935 ; il a fui le Tibet en 1959 pour un exil en Inde après l’échec d’une insurrection à Lhassa contre la mainmise du gouvernement par les Chinois.

Le nouveau gouverneur adjoint de Tawu a poursuivi ses intimidations par des défilés de forces de sécurité dans toute la zone. La police chinoise enquête de façon permanente sur les Tibétains suspects de soutenir le Dalaï Lama, et les arrête fréquemment. Le leader Tibétain en exil est considéré par Pékin comme un dangereux séparatiste qui cherche à soustraire le Tibet au contrôle chinois

« C’est plus de 80 Tibétains de Tawu qui ont récemment été arrêtés et qui sont encore en détention. » a rajouté Lobsang Jinpa. « Après l’immolation de Tenzin Gyatso, il y a eu des échauffourées entre les Tibétains et la police, à la suite d’un désaccord sur la personne à qui on devrait remettre le corps. Quatre jeunes filles, Tashi Dolma, Tsering, Choetso et Rigdzin Lhamo ont été arrêtées. Tous les Tibétains arrêtés à Tawu sont battus et torturés»

Accusations diffamatoires

Les autorités chinoises accusent régulièrement le Dalaï Lama de pousser les Tibétains à l’immolation ; un rapport récent du gouvernement décrit ces gestes comme « des actes de violence destinés à créer une atmosphère de d’horreur et de terreur. » ICT (International Campaign for Tibet) , une association basée à Washington, a qualifié ces accusations de « diffamatoires et scandaleuses »

« Depuis des années, le Dalaï Lama a répondu publiquement à ces allégations en demandant une enquête internationale et indépendante sur les causes sous-jacentes qui ont amené ces immolations »

Ces suicides par le feu continuent, et c’est une situation décrite comme tragique par Robbie Barnett, un spécialiste du Tibet à l’Université de Columbia. « A mon avis, ces terribles incidents vont continuer jusqu’à ce que le Dalaï Lama leur demande d’arrêter, ou jusqu’à ce que les Tibétains en exil expliquent à ceux qui sont au Tibet que ces morts n’attirent que peu d’attention de l’étranger, et ne vont pas aider à trouver une solution. »

Article de Sonam Wangdu et Kunsang Tenzin pour les programmes en langue tibétaine. Traduit de l’anglais par Kunga Yeshe. Enquête de Richard Finney.

Traduction de l’anglais au français : Ranjung Dorje

+ Vues