Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

12/12/20 | 14 h 45 min par France Tibet

TIBET : Football, création artistique : chanteur, écrivain, écologiste, tous dans le collimateur de Pékin. Ces ARRESTATIONS et CONDAMNATIONS sont ANTICONSITUTIONNELLES

Une arrestation ANTICONSTITUTIONELLE de plus !

La récente arrestation et la condamnation du chanteur LHUNDRUP DRAPKA à 6 ans de prison soulève beaucoup de questions à quelques quinze jours de la mise en application, le 1er janvier 2021, du Premier Code civil chinois, accepté et voté par

l’Assemblée Populaire Nationale chinoise le 28 mai 2020.

Comme tous les autres : Sans même avoir pu disposer d’un avocat, LHUNDRUP DRAPKA  vient d’être condamné de façon arbitraire pour une simple chanson. La suite est facile à imaginer: embastillé dans une sinistre prison : celle de Drapchi à Lhassa ou un ignoble camp de rééducation, un funeste Laogaï. Dans l’état actuel des choses, quel avocat chinois, parmi ceux qui restent inscrits au barreau chinois, aura le courage de défendre ces citoyens, au risque de se voir arrêté, condamné ou radié du barreau avec toujours les mêmes sempiternels motifs :  » tentative de subversion de l’Etat « ,  » séparatisme », atteinte à la Sûreté de l’état »... ? Prenons l’exemple de ce chanteur et rappelons l’article 33-35-36-37-38-40-47 du Chapitre 2 de la Constitution chinoise :Article 33 : …Tous les citoyens de la République populaire de Chine sont égaux devant la loi.Tout citoyen bénéficie des droits fixés par la Constitution et la loi ; il doit, et en même temps il a le devoir de se plier aux exigences prévues par la Constitution et la loi. L’Etat respecte et protège les droits de l’homme.Article 35 : Les citoyens de la République populaire de Chine disposent de la liberté de parole, de presse, de réunion, d’association, de défilé et de manifestation.Article 36 : Les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté de religion. Aucun organisme d’Etat ni aucun groupement social ni aucun individu ne peuvent forcer un citoyen à avoir ou à ne pas avoir de religion, ni faire de discrimination à l’égard d’un croyant ou d’un non-croyant. L’Etat protège les pratiques religieuses ordinaires. Aucun individu ne peut utiliser la religion aux fins de troubler l’ordre social, la santé des citoyens, nuire au système éducatif de l’Etat. Les groupements religieux et les affaires religieuses ne doivent subir aucune domination étrangère. – Article 37 : La liberté individuelle des citoyens de la République populaire de Chine est inviolable. Aucun citoyen ne peut être arrêté sans l’approbation ou la décision d’un parquet populaire, ou sans la décision d’une cour populaire de justice ; toute arrestation est effectuée par les organes de la Sécurité publique. Sont interdits toute incarcération illégale ou tout autre moyen illégal privant de ou entravant la liberté individuelle des citoyens, et toute fouille corporelle illégale. Article 38 : La dignité personnelle des citoyens de la République populaire de Chine est rigoureusement inviolable. Tout procédé visant à outrager, diffamer ou accuser faussement les citoyens est interdit. Article 40 : La liberté et le secret de correspondance des citoyens de la République populaire de Chine sont protégés par la loi. Sauf lorsque des raisons de sécurité de l’Etat ou d’enquête criminelle nécessitent un contrôle par les services de la sécurité publique ou des parquets, en accord avec la loi, il est interdit à toute organisation ou tout individu et pour quelque raison que ce soit, de violer la liberté et le secret de correspondance des citoyens. Article 47 : Les citoyens de la République populaire de Chine ont le droit de se livrer à des recherches scientifiques, à de la création littéraire et artistique et à d’autres activités culturelles. L’Etat encourage et aide le travail créatif effectué dans l’intérêt du peuple par les citoyens, dans le domaine de l’éducation, des sciences, des techniques, de la littérature, des arts, etc. Ainsi LHUNDRUP DRAPKA n’aurait jamais du être arrêté et condamné. Tout comme :
  • Gendun Lhundrup écrivain arrêté mercredi 02 décembre 2020,
  • Tashi Wangchuk défenseur de la culture et la langue tibétaine, arrêté en 2018,
  • Kunchok Tsephel fondateur du site littéraire tibétain Chodme, condamné en 2009 à 15 ans de prison pour « séparatisme« ,
  • Karma Samdrup défenseur de l’environnement tibétain, il a créé en 2005 une ONG pour la protection de la réserve naturelle des Sources des trois rivières dans la préfecture autonome tibétaine de Yushu de la province du Qinghai. Arrêté en 2010 à 15 ans de prison.
  • Dorje Tashi entrepreneur, propriétaire d’un des grands groupes hôtels de Lhassa, est condamné à la prison à vie en 2008,
  • Wangdu militant de la lutte contre le sida, condamné à vie en 2008,
  • Paljor Norbu imprimeur, arrêté à 81 ans en 2008 condamné à 7 ans de prison,
Etc…  L’Etat condamne le chant… après avoir radié en juin 2020, l’équipe professionnelle de foot le CHENGTOU FOOTBALL CLUB de LHASSA pour des raisons de sécurité médicale à cause de l’altitude, alors que la ville de Lapaz en Bolivie se trouve dans les mêmes conditions. En effet, comme le rappelle de nombreux articles de presse cette équipe amateur prometteuse créé en 2017 pleine de tallent est passée l’année suivante professionnelle en entrant en 4ème division et ensuite en 3ème division nationale. En 2019 elle s’était classée 26ème sur 32. INSUPPORTABLE pour les équipes nationales chinoises exclusivement han. C’est bien une politique sadique et raciste qui est appliquée par Pékin au Tibet comme au Xinjiang et maintenant en Mongolie Intérieure.  ]]>