Le premier site d'actualit? sur le Tibet

www.tibet.fr

Accueil » Agenda » TIBETAIN Assassiné : MARCHE blanche Place de la BASTILLE – REPUBLIQUE
Le 17 juillet 2022 à PARIS : PLACE DE LA REPUBLIQUE 10h30 MARCHE BLANCHE

TIBETAIN Assassiné : MARCHE blanche Place de la BASTILLE – REPUBLIQUE

Trois personnes ont été mises en examen pour homicide volontaire et écrouées dans le cadre d’une enquête sur le meurtre lundi d’un employé tibétain d’un restaurant chinois près de Fécamp (Seine-maritime), a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

« Les trois personnes déférés ont été mises en examen pour homicide volontaire et placées en détention provisoire. Aucun ne reconnaît les faits », a déclaré le procureur de la République du Havre, Bruno Dieudonné, à l’AFP.

Lundi, quatre personnes avaient été placées en garde à vue. La victime, âgée d’une trentaine d’année, avait été retrouvée morte avec un couteau planté dans le flanc, selon le parquet.

D’après une source proche du dossier, « la victime est issue de la communauté tibétaine » tandis que des mis en cause sont issus de la communauté chinoise, mais « il est beaucoup trop tôt pour évoquer un éventuel mobile raciste ». « Pour le moment, on est plutôt dans un contexte de rixe violente sur fond d’alcoolisme fort », selon la source proche du dossier.

La victime a été découverte devant le restaurant asiatique, à Saint-Léonard, à trois km de Fécamp, d’après la même source.

Jeudi, une centaine de personnes de la communauté tibétaine est venue à Saint-Léonard et a saccagé le restaurant, a indiqué à l’AFP une source policière.

Sur des images diffusées sur le site du journal Paris-Normandie, on pouvait voir les vitres brisées du restaurant Délices d’Asie, deux véhicules renversés et des caisses et des poubelles devant l’entrée.

En hommage au défunt, une marche blanche est organisée dimanche à 10H30 à Paris, de la place de la Bastille à la place de la République. « Il y a une grosse colère au sein de la communauté tibétaine en France », a expliqué jeudi soir à l’AFP Céline Menguy, attachée de presse du Bureau du Tibet.

L’homme tué, né à Lithang au Tibet, avait 32 ans et était arrivé en France en 2014, d’après la même source.

Trois personnes ont été mises en examen pour homicide volontaire et écrouées dans le cadre d’une enquête sur le meurtre lundi d’un employé tibétain d’un restaurant chinois près de Fécamp (Seine-maritime), a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

« Les trois personnes déférés ont été mises en examen pour homicide volontaire et placées en détention provisoire. Aucun ne reconnaît les faits », a déclaré le procureur de la République du Havre, Bruno Dieudonné, à l’AFP.

Lundi, quatre personnes avaient été placées en garde à vue. La victime, âgée d’une trentaine d’année, avait été retrouvée morte avec un couteau planté dans le flanc, selon le parquet.

D’après une source proche du dossier, « la victime est issue de la communauté tibétaine » tandis que des mis en cause sont issus de la communauté chinoise, mais « il est beaucoup trop tôt pour évoquer un éventuel mobile raciste ». « Pour le moment, on est plutôt dans un contexte de rixe violente sur fond d’alcoolisme fort », selon la source proche du dossier.

La victime a été découverte devant le restaurant asiatique, à Saint-Léonard, à trois km de Fécamp, d’après la même source.

Jeudi, une centaine de personnes de la communauté tibétaine est venue à Saint-Léonard et a saccagé le restaurant, a indiqué à l’AFP une source policière.

Sur des images diffusées sur le site du journal Paris-Normandie, on pouvait voir les vitres brisées du restaurant Délices d’Asie, deux véhicules renversés et des caisses et des poubelles devant l’entrée.

En hommage au défunt, une marche blanche est organisée dimanche à 10H30 à Paris, de la place de la Bastille à la place de la République. « Il y a une grosse colère au sein de la communauté tibétaine en France », a expliqué jeudi soir à l’AFP Céline Menguy, attachée de presse du Bureau du Tibet.

L’homme tué, né à Lithang au Tibet, avait 32 ans et était arrivé en France en 2014, d’après la même source.

Après quatre gardes à vue, trois personnes ont été mises en examen et placées en détention provisoire. Il s’agit des deux patrons du restaurant et d’un autre employé, dont certains sont issus de la communauté chinoise. « Aucune des personnes mises en examen ne reconnaît les faits », a encore indiqué le procureur.

Les abords du restaurant saccagés

Jeudi 14 juillet 2022, en fin de journée, une centaine de personnes de la communauté tibétaine est venue à Saint-Léonard et a saccagé le restaurant, a indiqué une source policière. Les vitres de l’établissement ont été brisées, deux véhicules ont été renversés.